Dr Lourdes Sagnard 

On dit de cette technique de médecine esthétique qu’elle est le lifting sans chirurgie. Une réelle alternative qui voit sa côte monter très rapidement. Le point avec le Dr Lourdes Sagnard, Docteur Associée de la Clinique CLEAGE Genève et médecin esthétique au Centre CLEAGE à Lyon. 

Votre définition des fils tenseurs ?

Dr Lourdes Sagnard : Les fils tenseurs sont des fils parcourus par des « crans » de différents types qui, une fois mis en place, permettent d’accrocher le derme et donc de tracter efficacement la peau pour contrer les effets du vieillissement. Il ne faut pas les confondre avec ce que l’on a appelé les « fils d’or » des années 80 largement abandonnés aujourd’hui. 

Résorbables ou non résorbables ?

Dr Lourdes Sagnard : Ce sont des fils différents. Les résorbables sont des fils fabriqués dans des matières largement utilisées en médecine ou en chirurgie esthétique. Ils s’éliminent progressivement avec le temps. Lorsque leur effet s’atténue, ils peuvent être renouvelés. Non allergisants, ils se mettent en place rapidement. Formés comme des fils chirurgicaux bien qu’ils n’en soient pas, ce sont des matériaux qui vont induire du collagène. Nous avons différends types de fils résorbables, les fils de polydioxanone ou PDO et les fils d’acide polylactique (PLA). Les premiers ont une durée donnée pour 9 à 12 mois. Les seconds, pour une durée de 18 à 24 mois. Quant aux fi s non résorbables, des fils chirurgicaux qui ne se désagrègent pas, ils ont un effet lift d’une durée de 5 à 10 ans. Évidemment, la peau va vieillir avec l’âge, sa qualité va être moins bonne et on peut alors retravailler soit avec des fils, soit avec des injections. On complète d’ailleurs très souvent ces deux types de fils, un mois après la pose, avec des injections pour de petites corrections.

Les résorbables sont les plus utilisés ?

Dr Lourdes Sagnard : L’intérêt des résorbables, c’est qu’ils ne sont pas définitifs et ils n’entraînent que très peu d’éviction sociale. Les résorbables, remettent en tension, soutiennent les tissus relâchés et apportent une nette amélioration de la qualité de la peau. Le résultat est naturel et quasi immédiat.

Pour le médecin, la pose entre résorbables et non résorbables est-elle différente ?

Dr Lourdes Sagnard : Résorbables ou non résorbables, la pose est la même pour un médecin esthétique expérimenté. On utilise soit des canules soit des aiguilles selon le type de fils que l’on pose. Je dessine les zones, j’anesthésie localement les points d’entrées, à l’aide d’une canule ou d’une aiguille et je pose les fils.

Quel est le résultat ?

Dr Lourdes Sagnard : Pour le visage, l’action des fils tenseurs combine deux mécanismes complémentaires, biologique et mécanique. Si l’effet obtenu est immédiatement visible, un effet liftant, le résultat est définitif au bout de trois mois lorsque l’organisme a créé sa propre fibrose. Le derme retrouve de la densité et la peau, de l’éclat. Pour moi, le résultat des fils est beaucoup plus naturel qu’un lifting. Les fils tenseurs permettent de redessiner l’ovale du visage, de remonter des pommettes, des sourcils, d’atténuer les plis nasogéniens et les plis d’amertume. Après la pose des fils, une consultation de contrôle est prévue à un mois et à trois mois. En fonction des résultats, je peux recommander des injections pour la volumétrie.

Et le cou ?

Dr Lourdes Sagnard : Je le traite également avec les fils. C’est très intéressant parce que si le lifting du cou n’est pas parfait, avec les fils, on peut avoir un excellent résultat. En fonction de l’état de la peau du cou, fripée ou pas, on choisit le type de fils et l’on peut même associer les deux, résorbables et définitifs. Ce qui va permettre de stimuler la peau et de la tracter !

C’est une excellente méthode pour traiter le relâchement cutané du cou sans chirurgie.

Observe-t-on des contre-indications ? 

Dr Lourdes Sagnard : Les maladies auto-immunes sont la contre-indication majeure. Il faut préciser qu’il n’y a pas d’âge pour la pose de fils. Mais lorsque la peau est très fine et très relâchée, il faut d’abord combler pour mettre les tissus en tension. L’intervention se fait en ambulatoire.

Quelles précautions faut-il prendre après la pose de fils tenseurs ?

Dr Lourdes Sagnard : Pour favoriser l’accrochage de la peau aux fils, il est conseillé de dormir sur le dos pendant une quinzaine de jours, de ne pas aller chez le dentiste, de ne pas croquer de pommes, de ne pas rire aux éclats, de ne pas pratiquer de sports violents, d’éviter le sauna, le hammam, la piscine et les UV. Les anti-coagulants ne sont pas vraiment une contre-indication mais il faut que le médecin esthétique ait cette information.

Quelle est l’échelle de prix ?

Dr Lourdes Sagnard : A partir de 900 euros selon le nombre de fils et le choix entre résorbables ou définitifs.


Dr Lourdes Sagnard :
Docteur Associée Clinique CLEAGE Genève. Médecin Esthétique Centre CLEAGE Lyon. Diplômée en médecine et chirurgie Université du Pays Basque. Diplômée d’acupuncture Université Claude Bernard Lyon 1. Diplôme national de thérapeutique homéopathique. DIUE de plasmaphérèse. Membre de l’A.F.M.E, de la SOMEREFS (Fils crantés « easy lift ») et de l’Association de médecine homéopathique de Lyon.

Plus d’informations :

Cleage Genève : cleageclinic.com 

Cleage Lyon : cleage.fr 

 

Leave a Comment